TOUS NOS CONSEILS POUR VOTRE CHAT

Retrouvez ici tous nos conseils pour le bien-être de votre chat et découvrez nos produits sur notre boutique en ligne

BOUTIQUE EN LIGNE

5 minutes et le ronronnement n’aura plus de secret !

Reconnaissable parmi des centaines de bruits, ce ronflement sourd, doux nous fascine et résonne à nos oreilles comme une mélodie du bonheur. Mais comment cette capacité unique comment est-elle réellement produite ? Et qu’elles sont ces bienfaits ? Autant de questions, d’interrogations sur nos chats et leurs ronronnement.

  • Comment les chats ronronnent-ils ?

Le fonctionnement reste encore aujourd’hui assez mystérieux. Plusieurs théories quant à cette capacité du chat domestique existent.

1ère théorie : La vibration du ligament de l’os hyoïde qui relie la clavicule de l’animal à sa gorge. Cela génère un bruit à l’inspiration comme à l’expiration.

2ème théorie : La contraction rapide des muscles du larynx et du diaphragme du chat, créer une vibration des cordes vocales, produisant ce bruit caractéristique. Ainsi selon cette théorie, les chats possèderaient alors un réseau neuronal chargé de provoquer la contraction des muscles du larynx toutes les 30 secondes. La glotte des félins se déplacerait légèrement et bloquerait le conduit vocal pendant quelques millisecondes. L’augmentation de la pression entraîne alors l’ouverture des cordes vocales, qui laisse passer l’air, provoquant le ronronnement.

3ème théorie : La circulation sanguines des chats. Ils possèderaient en effet une veine qui amène le sang vers le cœur qui vibrerai sous l’action de certains muscles. Le système respiratoire (bronches, trachée et sinus) ne ferait qu’amplifier cette vibration. Ainsi selon cette théorie, les chats ne cesseraient pas de ronronner, ils contrôleraient simplement l’intensité. Cette variation de la portée sonore du ronronnement serait alors liée avec l’arrivée d’émotions.

Cette caractéristique reste encore un mystère sur son mécanisme de fonctionnement mais sa fonction soulève de nombreuses questions. Il ne s’agit pas simplement d’un « ronflement » anodin, celui-ci est remplis de sens.

  • Pourquoi les chats ronronnent-ils ?

En effet on peut se demander pourquoi nos petits félins ronronnent et si celui-ci n’a pas été « éliminé au fil de l’évolution, c’est très certainement qu’il apporte à l’animal un bénéfice évolutif » comme le dit le vétérinaire Jean-Yves Gauchet.

Le ronronnement maternel

Comme toute caractéristique celui-ci prend sa source dès la naissance. Les chatons et leurs mères communiquent par les ronronnements. Cette capacité se développe très tôt (1 semaine) pour communiquer leurs émotions avec leur mère (contentement, mal-être ou peur) en variant les fréquences émises.

L’autre s’en sert pour les calmer au moment de la mise bas qui peut s’avérer traumatisante pour les petits et aussi pour les orienter (vers la litière, pour qu’ils tètent) puisque les petits sont aveugles pendant quelques jours. La mère utilise aussi le ronronnement pour calmer les chatons au moment de lactation pour empêcher qu’ils ne mordent ses mamelles. Il faut savoir que la chatte peut ronronner au moment de la naissance, pas forcément pour signifier son contentement mais au contraire pour s’auto-protéger et s’apaiser !

Le ronronnement de soumission – rapports sociaux

Le chat utilise principalement le ronronnement dans ses rapports sociaux que ce soit avec ses congénères ou avec l‘Homme. S’il se retrouve en situation d’infériorité il pourra alors ronronner afin d’indiquer au chat dominant sa nature pacifique. Et même si le chat est très indépendant, il entretient des relations sociales riches et particulières. Cette volonté de ne pas rentrer en conflit via le ronronnement cela s’appelle le ronronnement de soumission.

Le ronronnement plaisir

La principale raison ou en tout cas la plus répandu dans la croyance populaire « le chat ronronne par plaisir », « Il nous fait savoir qu’il est heureux ou qu’il a envie de câlin ». Tous les propriétaires de chat ont connu ce moment ou leur chat viens se poser sur les genoux, se frotter contre les jambes tout en ronronnant.

Il est vrai que ce ronronnement plaisir existe. Ce bourdonnement de 25 à 150 vibrations par secondes intervient dans une situation agréable pour lui et il s’agit alors d’un signe de reconnaissance et de confiance du chat qui se sent aimer.

Le ronronnement douleurs et stress

Mais le ronronnement a aussi une signification moins connue. En effet à l’inverse du plaisir, de la satisfaction, celui-ci peut être l’expression d’une situation stressante ou douloureuse pour le chat.

En effet, le chat se servirait du ronronnement pour manifester une angoisse et/ou une douleur, que ça aille d’un léger inconfort jusqu’à un véritable mal-être. Le chat ne peut pas extérioriser comme nous, via des pleurs par exemple. Il peut alors ronronner pour s’apaiser (visite chez le vétérinaire, contraintes etc.)

Le ronronnement stimulerait alors les corpuscules de Pacini à la surface de leur peau et ces récepteurs sensoriels déclencheraient la production d’endorphines. Cette réaction aurait des vertus apaisantes lui permettant d’évacuer la douleur ou de récupérer plus rapidement. Par exemple un chat agonisant ronronne, cela peut l’apaiser face à la mort mais il n’y a encore une fois aucune certitude sur ce processus.

 

Le ronronnement de nos félins reste encore mal connu et en différencier les types pour reconnaitre les causes peut s’avérer très compliqué. Un chat qui ronronne tout le temps doit faire l’objet d’une analyse comportementale et celui qui ne ronronnera pas le devrait lui aussi.

Comprendre cette caractéristique unique peut paraître inutile voir anecdotique pour certaines personnes mais une mauvaise interprétation, ou un désintérêt peut entrainer des conséquences sur le comportement du félin. En effet, ce dernier incompris pourrait devenir agressif ou encore multiplier accident, bêtise dans la maison. Le ronronnement et ses causes ne sont donc pas à prendre à la légère pour le bien-être de votre chat.

  • Des bienfaits supplémentaires sur l’Homme et le chat ?

Qui n’a jamais ressenti du bien-être à écouter cette douce et régulière vibration ? Celle-ci nous apaise comme le ferait le bruit du bois qui crépite dans une cheminée ou encore les vagues qui se brisent sur les rochers.

Et si celui-ci apaise les chats, le ronronnement aurait des effets similaires sur l’être humain. Une thérapie basée sur le ronronnement a vu le jour « la ronronthérapie ». Ce dernier agirait sur le système amygdalien, étroitement lié aux émotions de l’être humain. L’homme perçoit ce son par son tympan mais aussi par les terminaisons nerveuses situées au ras de la peau, appelé les corpuscules de Pacini. Le ronron émet des fréquences basses (20-50 hertz) qui favorise la transmission de pensées positives à notre cerveau.

Ainsi le stress, l’insomnie ou l’anxiété peuvent se soigner ponctuellement sans médicament et cela peut être accentué par la possibilité de lui faire des caresses et de jouer avec lui.

Le chat est un animal intelligent et conscient de cette capacité anti-stress vis-à-vis de son maitre il n’est pas rare de l’observer venir ronronner sur les jambes de son maître s’il est stressé ou fatigué. Cette capacité apaisante a déjà été prouvée dans des maisons de retraites auprès des pensionnaires et le concept a été repris dans des « bars à chats ».

Le ronronnement serait utile pour les os du chat : Enfin pour le chat une vertu intéressante a été découverte. Ce dernier se rétablit trois fois plus vite qu’un autre animal à fracture égal. Le ronronnement aurait la vertu d’accélérer cette cicatrisation osseuse. En effet, des fréquences émises aux alentours de 26 Hz permettraient de stimuler la régénération des tissus autour des os.

  • Petite info supplémentaire :

Pas de ronronnement pour les Panthérinés

  • Les Panthérinés (grands félins : tigre, lion, léopard et jaguar)
  • Les Félinés (petits félins : chats, puma, lynx et ocelot)
  • Les Acinonynchinés (guépard)

En effet, le ronronnement est une caractéristique particulière que certains ne partagent pas. En effet, les félins de la famille des panthérinés possèdent bien le ligament de l’os hyoïde mais celui-ci partiellement ossifié leur permet de rugir mais pas de ronronner. A contrario, le tigre peut ronronner mais qu’à l’expiration.

Ainsi cela reste difficile d’avoir des certitudes à ce sujet car certains animaux pourraient bien être capables de ronronner, mais beaucoup n’ont tout simplement jamais été entendus !

Il faut savoir que d’autres carnivores ronronnant ont pu être repérés comme la genette tigrine et la genette commune, les ratons laveurs, le coati. Cela peut paraître surprenant mais les oursons bruns, noirs, les lapins, les écureuils, les tapirs, les lémuriens, les éléphants ou les ratons laveur, la plupart du temps en se nourrissant.

Le ronronnement n’a donc pas fini de nous étonner et de nous intriguer !

Gâtez-le !
2018-08-07T10:07:09+00:00

Laisser un commentaire

Show Buttons
Hide Buttons